Les enjeux de la consommation du cannabis « récréatif » auprès du grand public

Les enjeux de la consommation du cannabis « récréatif » auprès du grand public

Comme vous le savez sûrement, la législation est en train d’évoluer concernant l’usage du cannabis. En particulier, en ce qui concerne l’usage des molécules de CBD issues du chanvre. L’État souhaite approfondir sa réflexion en demandant aux Français de s’exprimer par l’intermédiaire d’une consultation citoyenne accompagnée d’un petit quiz quant à leur lien avec le cannabis. 

En effet, il est temps de faire un point sur les politiques publiques concernant la prévention, mais aussi la répression du trafic et la consommation de cannabis. Et cela, tout mettant en perspective avec ce qui se passe dans les autres pays. Le gouvernement n’a pas souhaité légiférer sans recueillir l’avis des citoyens français. C’est pour cela que le gouvernement a fait le choix de les consulter directement. Bien évidemment, les conclusions de ces travaux seront rendues publiques et permettront aux élus de prendre les décisions qui s’imposent.

Pourquoi l’Etat s’empare de la problématique de la consommation de cannabis en France ?

Tout simplement parce que les usages sont en train d’évoluer. Alors que depuis de nombreuses années, le cannabis était classé comme une substance psychotrope et donc interdite à la consommation. Des molécules issues du chanvre sont pourtant de plus en plus utilisées dans certaines alternatives contre les douleurs. 

Les recherches ont d’abord commencé sur les effets du cannabis « thérapeutique », c’est-à-dire assimilé à un effet médicamenteux. Mais la mission ne s’est pas arrêtée là puisqu’elle s’est ensuite penchée sur l’utilisation du chanvre dit de « bien-être ». En particulier, elle a évalué le célèbre cannabidiol ou CBD, car celui-ci a des effets analgésiques et anti-inflammatoires reconnus sans entraîner d’effets dits « planants ». 

Enfin, la mission d’information a souhaité compléter son travail en se focalisant sur le cannabis dit « récréatif ». C’est-à-dire concrètement celui dont les usages sont considérés jusqu’à présent comme illégaux en France. On peut d’ailleurs consulter l’ensemble de ces rapports sur le site de l’Assemblée Nationale

Vers un déploiement de l’usage du cannabis thérapeutique ou de bien-être ?

Comme vous l’avez compris, cette mission d’information gouvernementale a étudié les trois volets de l’usage du cannabis : thérapeutique, bien-être, et récréatif. En ce qui concerne le CBD et son usage, la France s’est heurtée à la Cour de Justice de l’Union Européenne qui a jugé illégale, le 19 novembre dernier, sa position. En effet, il n’est pas possible pour cette cour de justice supranationale d’interdire la consommation et l’usage du cannabidiol.

On constate parallèlement une évolution des mœurs car l’Assemblée Nationale a décidé de lancer une étude sur le cannabis thérapeutique (sauf celui qui est inhalé), afin de vérifier sur plus de 3000 patients atteints de pathologies importantes si les effets analgésiques et anti-douleur sont présents. Cette expérimentation grandeur nature devrait commencer fin mars 2021. On peut donc dire que la réflexion est enfin lancée dans notre pays !